Femmes chef d’entreprise : comment concilier vie professionnelle et vie privée

AE2CÉlodie et Amandine ont créé l’agence AE2C Immobilier à Voisins en juillet 2013, il y a plus de 4 ans. Précédemment collègues salariées, elles n’étaient pourtant pas prédisposées à devenir chef d’entreprise lorsqu’elles ont quitté leur employeur. Élodie a 2 petites filles aujourd’hui âgées de 5 et 2 ans et était donc une toute jeune maman lorsqu’il a fallu reconsidérer son avenir professionnel.

Leur réflexion les a amenées à penser qu’il leur fallait des horaires adaptés et une grande liberté dans l’organisation de leur travail afin de pouvoir mener de front vie familiale et professionnelle et pouvoir assurer, en particulier pour Élodie, de multiples rendez-vous santé pour son bébé. Impossible de trouver cette liberté chez un employeur, et les maris ont leurs propres contraintes professionnelles. Elles ont donc franchi le pas de la création d’entreprise, malgré ses difficultés.

Aujourd’hui elles sont parfaitement organisées, capables de se remplacer l’une l’autre. Même s’ils vont à la crèche il n’est pas rare que les enfants d’Élodie soient à l’agence où tout est prévu, papier, feutres, peinture, livres, jeux, tablette, pour les occuper !

On devine aussi qu’une solide amitié unit les deux jeunes femmes. Elles confirment et Amandine est la marraine de la fille ainée d’Élodie ! Car malgré un emploi du temps plus que compliqué et parfois imprévu, Élodie trouve aussi le temps de rendre service à Amandine.

Devant ce bel exemple de réussite à la fois professionnelle et familiale, on ne peut qu’encourager les femmes à répondre à un besoin croissant de TPE/PME, notamment dans le domaine des services !

AE2C Immobilier


carole1Carole est la dynamique patronne de la boucherie-charcuterie A la Bonne Viande. Autre univers ici, autre ambiance difficile, où l’on ne compte pas ses heures. C’est au calme à l’extérieur que j’ai pu l’interviewer.

Ici, pas question de ramener ses enfants faire des coloriages à la boutique ! Ils n’en font plus depuis longtemps me dit Carole dans un sourire ! Elle est en effet maman de 3 garçons, âgés de 7, 17 et 20 ans.

Mais elle me raconte que c’était différent dans le temps. L’arrière-boutique de la boucherie servait de pièce à vivre et de cuisine et on avait les enfants sous les yeux. Avec les normes sanitaires entrées en vigueur nécessitant un vrai laboratoire, ces configurations ont disparu. A Paris, Carole avait l’appartement au-dessus de la boutique et pouvait encore avoir une petite vie de famille sur le lieu de travail et surveiller ses bébés d’alors. Ici à Voisins, l’espace privé à la maison et un espace professionnel où chaque coin est occupé sont totalement séparés et éloignés.

Voir les buffets de sa composition sur Facebook
Voir les buffets de sa composition sur Facebook

Plus qu’elle encore, son mari Olivier est pris à la boutique selon des horaires énormes de 110 heures par semaine.

Alors Carole assume tout le reste et doit s’organiser avec ses 70 heures de travail par semaine. Elle me décrit son emploi du temps :

Le matin elle est à la maison jusqu’à 9 heures, assure le petit-déjeuner des enfants et est avec eux jusqu’à leur départ à l’école. Avant de partir elle doit avoir mis sa maison propre et en ordre. Arrivée à la boutique où le travail a commencé depuis 4h30 du matin, elle fait les premières plonges puis vérifie la propreté des étals, des vitrines et du labo avant de s’attaquer aux cuisines du jour. Les tourtes le mardi, les crêpes le jeudi… Tout en étant souvent à la caisse.

A la pause de 13h, elle s’occupe de ses deux chiens à la maison et effectue une tâche ménagère ou une autre. « Je ne connais pas le canapé » me dit-elle. Retour en boutique à 15h jusqu’à 20 heures puisque après la fermeture il faut encore ranger, nettoyer, mettre aux frigos car les étals n’ont pas le même froid… Carole ne peut pas embaucher car les charges d’URSSAF et le RSI sont trop lourds.

Le mercredi après-midi Carole est avec ses enfants et peut enfin s’en occuper, les amener au sport, acheter ce dont ils ont besoin. L’entraide joue avec une voisine dont elle prend aussi l’enfant avec les siens, à charge de revanche le samedi où elle est encore à la boutique. Dimanche matin Carole est de nouveau en boutique et le dimanche après-midi et le lundi sont consacrés à toutes les tâches de maison, d’administratif et de logistique familiale qui n’ont pu être faites en semaine ! Elle n’a finalement que le mercredi soir pour elle seule qu’elle consacre au scrapbooking avant de tomber de sommeil. Et il y aurait encore les factures, la compta, des démarches…. Son grand l’aide beaucoup quand il est là, y compris pour sa maison qu’elle tient particulièrement à tenir.

espiegle

Enfin Carole veut nous dire aussi que le commerçant n’est pas là que pour le service et le sourire, mais aussi pour partager les choses de la vie avec ses clients, que s’il n’est pas en forme et que ça se voit, le client peut lui demander pourquoi et réciproquement, et que cette empathie des clients l’aiderait énormément. Elle tient beaucoup à ces échanges avec ses clients, alors prenez le temps de lui parler !

« J’aime échanger avec les gens parce que j’aime les gens » conclut Carole.


Auteur : Patrick Germain, 19 décembre 2016